Ma relation amour-haine avec un imposteur

 

Vous le connaissez surement: ce maudit là qui vient se mettre le nez dans la majorité des idées! Celui qui s'installe de façon sournoise, accompagné de son grand chum le Doute, histoire de nous faire rougir quand on devrait plutôt s'épanouir! Moi il me suit partout, mais je vous fais une confidence: j'ai appris à l'apprécier. Je vous explique ma relation amour/haine avec le syndrome de l'imposteur en affaires.

sentiment-dimposteur-travailleur-autonome-design.jpg

«Le syndrome de l'imposteur toucherait environ 70% des gens à un moment ou à un autre de leur vie. Les femmes y seraient plus sujettes [...]. »

source

À date, j'ai eu de très bonnes relations avec mes clients. Ils ont souvent été impressionnés de mon travail et n'ont jamais hésité à me lancer des fleurs. Moi je leur répondais :

«Bah! C'était pas très compliqué...»

Quand parfois (souvent) ce l'était en chien! Parce que pour ceux qui ont loupé le début de mon histoire, je suis autodidacte à fond. Il y a à peine quelques années, je faisais des miracles dans Word, sans savoir qu'Illustrator existait.

J'ai commencé avec un vieux iMac qui m'a été donné par qqun qui croyait en moi. J'ai fait des cours en ligne sur le site Nicole's Classes, que je recommande fortement! Au Black Friday, il y avait une vente de 50% sur tous les cours, j'en ai acheté 4 ce matin là! J'ai aussi eu quelques conseils ici et là, de l'aide précieuse parfois, mais câline, j'avoue que j'ai toujours essayé de me débrouiller toute seule. Pas par orgueil (je suis née sans!) mais plus par peur de déranger, par peur d'avoir l'air incompétente, amateur... toujours à cause de l'imposteur.

PIS J'AI GOSSÉ...

LONGTEMPS. SOUVENT. TELLEMENT LONGTEMPS.

Parce que c'est ça quand tu apprends par toi-même; tu gosses. Mais comme dans toutes choses, l'important n'est vraiment pas le résultat ultime, mais le chemin pour s'y rendre. Parce qu'en cours de route, à force de gosser, j'ai découvert des choses toute seule par hasard, j'ai créé une quantité infinie de visuels, la plupart étant vraiment laids, et je me suis surtout trouvé une passion qui est là pour rester! Une passion, tu lui consacres du temps sans compter les heures, tu y penses jour et nuit et c'est ce qui te fais lever le matin! Alors je vous confirme, j'ai une passion pour le gossage.

L'imposteur, il n'ira jamais bien loin. Peut-être parce que je n'ai pas le papier accroché au mur qui dit que je mérite un titre. Mais je m'en fout tellement du papier... moi, c'est ma vie que je met sur papier. Et pour ça, il n'y a personne de mieux placé que moi pour me dire comment faire.

J'ai appris à l'apprécier l'imposteur. Parce que grâce à lui, je n'aurai jamais la tête enflée. Je n'aurai jamais une vibe de blasée. Et surtout, il m'obligera de ne jamais prendre rien pour acquis, de toujours être reconnaissante envers mes clients, les projets qui viennent à moi et qui m'amènent ailleurs.

Parce que je crois fermement que plus tu donnes, plus tu reçois. Ça, je tiens ça de ma mère qui, elle, tient ça de ma grand-mère. Des femmes qui passent leur vie à donner aux autres, avec l'imposteur accroché dans le cou!

Moi : «Merci mom d'avoir gardé les petits tout le weekend, d'avoir cuisiné des repas pour ma semaine de fou, d'avoir recousu mon veston bleu, d'avoir empoté 24 pots de compote de pommes, d'être venue m'aider à déménager (3 fois), d'avoir confectionné les costumes d'Halloween des gars...»

Et elle me répond toujours: «Bah, c'était pas très compliqué...»